Retour sur le Laboratoire « Semer le trouble »

Le laboratoire Semer le trouble a été accueilli en résidence par Culture Commune, et partagé avec le public de la Constellation imaginaire, le week-end du 12 au 14 juin.

Il s’agissait de « Semer le trouble » dans la ville d’Annezin puis sur la base 11/19, en expérimentant les dispositifs techniques que nous prototypons pour Trouble.

Nous voulions tester le procédé ostéophonique et aussi réaliser des « portraits de la ville », en produisant dans l’espace public, grâce à une machine à dessiner, des affiches issues de données croisées : cartographie, extraits du journal local et photos des habitants.

machine machine 2

Une trentaine d’affiches ont été réalisées sur le week-end. Les portraits étaient créés en direct puis collés dans la ville pour créer un parcours-trace.

poratrait portrait 2 portrait 3

Une typographie originale d’Adélaïde Racca…

Les dispositifs ostéophoniques, soigneusement préparés par Emmanuel Patoux (dit Crab) et Ben étaient dissimulés dans 6 petits cadres en bois, disséminés sur le site de la base 11/19 où se tenaient les spectacles du dimanche. Ils diffusaient des sons captés sur le site au cours de la semaine de résidence, témoignages de l’activité d’une semaine dans les différents espaces qui composent ce site.

son son2 son3