07 juin 2014

Performance Étienne Bultingaire – Ben Farey

Bien Urbain, Besançon (25)

Impromptu sonore

Pour l’ouverture du festival Bien Urbain à Besançon, Etienne Bultingaire a invité Ben Farey à se joindre à lui pour une performance sonore dans le Clos Barbizier au 37 rue Battant. Etienne préparait son installation sonore qui allait être présentée dans le clos pendant tout le mois que dure Bien Urbain. Mais pour l’ouverture du festival il voulait faire une performance sonore en duo avec Ben Farey suite à leur rencontre plus tôt dans l’année.

Les matières sonores d’Etienne sont celles d’objets captés par un système de micro-contact piezo. Seule la vision du geste de production musicale permet de faire le lien. Son système de captation par table d’harmonie (une planche posée sur une plaque de mousse, planche dont on peut entendre les fréquences et les fibres du bois) transfigure le son produit initialement. Le lien entre la production de ces sons et ce qu’on entend doit être vue. Il disposait d’un système son quadriphonique installé aux 4 coins du clos avec le public placé au milieu.

Ben Farey, quant à lui, a travaillé de façon acoustique sur l’espace du clos, ses installations mécaniques, invisibles au spectateur, entouraient le public.
Par un système de moteurs vibrants il faisait résonner les arbres, les poubelles, les grilles, les cordes à piano tendues en l’air à travers l’espace.

Après un début orchestré par Etienne, d’abord au violoncelle et ensuite avec ses objets, Ben a commencé à faire vibrer, par petites touches, ici une branche d’arbre, là un buisson et plus loin derrière faire résonner une poubelle, prenant le public par surprise : “C’était quoi ça ? T’as vu là-bas ?”
Petit à petit, de plus en plus d’endroits s’animent, le duo s’installe et les matières sonores de l’un et de l’autre s’entremêlent.
Ben venant dans les sons d’Etienne et Etienne traitant et triturant les sons de Ben avec ses micros et effets.

 

Ce fut un bon moment et aujourd’hui, cette belle rencontre se poursuit…